Vers plats des intestins

 


Quelques photos pour commencer :





Ci dessus :
Trois vers (rubans d'oeufs) et des excrements sortent de l'anus du poisson. Il s'agit du debut du ruban d'oeufs : il est encore très peu large.
Le ruban d'oeufs plus loin de la "tête" du vers, donc plus mur, fait environ 5mm de large.




 

Ci dessus :
Trois vers (rubans d'oeufs) sortent de l'anus du poisson.
On voit également des excrements qui sortent : blanchatres et en ballonnets : ce n'est pas un ver.


 

Ci dessus :
Un ver expulsé par le poisson (grossissement : environ 10). Sur la photo de droite, on voit bien la structure annelée du ver.
S'il est expulsé et qu'on voit la "tête", c'est qu'il s'est décroché de la paroi intestinale (résultat, probablement, dans ce cas précis, d'une montée en temperature de l'aquarium) et qu'il a été expulsé vivant.
Un ver qui est tué à l'interieur de l'intestin grele, la où il est accroché, est digéré par le poisson et on ne le retrouve géneralement pas.




Ci dessus :
Deux "têtes" (scolex) de cestodes.







Caracteristiques générales des vers plats de l'intestin :

  • Les vers plats de l'intestin appartiennent au groupe des plathelmintes (= vers plats), classe des cestodes.
  • A l'état adulte, les cestodes vivent dans le tube digestif de vertébrés.
  • Ils sont segmentés (anneaux).
  • Ils sont hermaphrodites.
  • Dans la litterature le mot ténia (ou taenia) est utilsé suivant le cas soit comme synonyme de céstode, soit pour designer un sous ensemble des céstodes (il ya des dizaines de familles).
  • Les vers adultes installés dans l'intestin grele de leur hôte n'ont ni systeme respiratoire ni tube digestif.
  • Principes de la reproduction :
  • La reproduction des cestodes est souvent très complexe.
  • Le cycle de reproduction complet necessite souvent un ou plusieurs hôtes intermediares qui abriteront les formes du ver (larves) qui precedent la forme adulte.
  • Les formes intermediaires des vers s'implantent dans les tissus des hôtes intermediaires (muscles, mais aussi d'autres organes : yeux, cerveau etc ....).
  • La forme adulte s'installe dans l'intestin grele de son hôte.
  • Le passage d'un hôte à l'autre se fait pas ingestion.

Cycle de reproduction avec un seul hôte intermediaire :
  • au départ : des oeufs sont relachés dans les feces de l'hôte d'un vers adulte.
  • Les oeufs son absorbés par un hôte intermediare A avec sa nourriture , avec sa boisson etc ..... L'oeuf donne naissance à une premiere forme de ver qui s'installe dans un organe de son hôte (muscle par exemple).
  • L'hôte intermediaire A est mangé par un animal B qui peut être un hôte definitif. La larve se transforme pour donner un ver adulte qui s'implante dans l'intestin.
  • Le ver qui contient à la fois des organes males et femelles produit,seul, des oeufs fécondés qui sont relachés avec les feces et le cycle recommence.
A noter :
  • Certains vers necessitent le passage par plusieurs stades larvaires, chacun d'eux recquerant un individu jouant le rôle d'hôte intermediaire different.
  • Pour un type de ver, le nombre d'especes animales pouvant servir d'hôte intermediaire est limité. De même pour les hôtes definitifs.
  • Une même espece animale peut servir d'hôte intermediaire et d'hôte définitif à un ver. Même dans ce cas, le ver devra changer d'hôte pour accomplir son cycle.
  • Les oiseaux ne sont pas epargnés et peuvent être des hôtes definitifs ou intermediaires.
  • Si les hôtes definitifs sont des vertebrés, il n'en est pas necessairement de même pour les hôtes intermediaires. Les mollusques peuvent servir d'hôtes intermediaires (c'est ainsi que les huitres produisent leurs perles). Les crustacés peuvent être des hôtes intermediaires : c'est ainsi que les cyclops servent d'hôtes intermédiaires à certains cestodes.
Un exemple de cycle avec plusieurs hôtes intermediaires :

Ci apres l'exemple de Diphyllobothrium latum, un des vers parasites de l'homme (hôte definitif) les plus longs : jusqu'à 30 mètres .







Source image :
Wikipedia.
Cycle de D. latum (deux hôtes intermediaires ou plus) :
  • Le ver adulte dans les intestins de l'homme produit des oeufs
  • Les oeufs sont éjectés par l'homme
  • En eau douce :
    • Dans l'eau, les oeufs murissent (environ 20 jours) et éclosent (coracidium)
    • Les coracidia sont ingérés par des cyclops et se transforment en larves vermiformes
    • Les cyclops sont mangés par des petits poissons qui ingerent en même temps les larves de ver. Ces larves se transforment et migrent dans la chair du poisson
    • Si un petit poisson est mangé par un poisson prédateur : la larve migre dans la chair de ce deuxieme poisson
  • La chair mal cuite du poisson prédateur est à son tour ingérée par un homme. La larve se transforme en ver adulte, se fixe dans l'intestin de l'homme et se reproduit.
Cet exemple montre la complexité du cycle de reproduction et de ses variantes :
  • deux hôtes intermediaires obligatoires : cyclop et petit poisson
  • si le petit poisson est mangé par un homme : la larve du ver donnera un ver adulte qui s'installera dans son intestin
  • si le petit poisson est mangé par un poisson prédateur : la larve du ver reste à l'état de larve et s'installe dans les tissus du poisson prédateur. Ce n'est que si le poisson prédateur mal cuit est mangé par un homme que la larve donnera un exemplaire adulte dans l'intestin de l'homme.

 




Deux types d'infestation :


Un animal (poisson par exemple) peut être infesté de deux manières differentes par un cestode :
  • premier cas : il sert d'hôte definitif : le vers est installé dans son intestin grêle
  • deuxieme cas : il sert d'hôte intermediaire. La larve du ver est intallée dans un de ses organes. S'il s'agit d'une seule larve installée dans un muscle : les consequences sont minimes. Si la larve est installée dans l'oeil, le cerveau ..., ou si de nombreuses larves infestent le poisson, les consequences peuvent être plus embetantes.


Attention : H O R R I B L E










Ci contre : une larve de cestode à l'interieur d'un oeil humain.
(Pas de photo trouvée chez un poisson).






Source photo : thèse de
Bienvenue Michèle RAMANANKANDRASANA-RANDRIANARIVO
(Limoges, 2003)







Ci contre : Larves de cestodes en abondance dans un cerveau humain.





Source photo (IRM): Wikipedia Hollande






Autoinfestation :

Chez certaines especes animales (c'est le cas de l'homme), une même espece de ver peut parasiter l'animal soit comme hôte intermediaire (dans ce cas c'est la larve du ver qui infeste l'animal) soit comme hôte definitif (dans ce cas c'est le ver adulte qui s'installe dans l'intestin grele de l'animal). Dans ce cas, il est possible que l'animal parasité par un vers adulte ingere des oeufs produits par ce ver (ingestion des oeufs rejetés dans les selles - la littérature évoque egalement l'hypothese, non prouvée, d'une remontée d'oeufs du ver de l'intestion grele vers l'estomac). Dans ce cas ces oeufs vont donner des larves qui vont infester les organes de l'animal (muscles, cerveau etc .....).
Si cette possibilité existe chez les discus (pas d'étude trouvée sur le sujet), en aquarium, un poisson porteur d'un ver adulte dans son intestin pourrait infester les poissons de la même espece présents dans l'aquarium (y compris lui même) de larves du ver.



Remarques pour l'aquariophilie :

Nous n'avons pas trouvé de description précise des especes de cestodes qui peuvent infester les discus, soit comme hôte intermediaire soit comme hôte definitif.

Discus hôte definitif :

Nous ne savons pas répondre à la question : Quels sont les animaux qui servent d'hôtes intermediaires aux cestodes qui parasitent ensuite nos discus.
Les possibilités sont nombreuses :
  • mollusques (escargots etc ...) ?
  • crustacés (cyclops, artemias, daphnies etc ....) ?
  • autres poissons ?
  • viande ?
Mais quelles sont les bonnes ?



Une fois le cestode bien installé dans son discus, il produit son ruban d'oeufs qui va finir par sortir de l'anus du poisson. Ce ruban d'1/2 cm de large est très visible, même détaché et tombé au sol. Son observation rapportée étant assez peu frequente, le taux de poissons infesté est donc probablement faible.

Les médicaments habituellemnt utilisés (Praziquantel) tuent géneralement le ver. Il est alors digéré par le discus et on ne le retouve géneralement pas dans les selles.

Un traitement par l'augmentation de temperature (35 °) a montré (une observation) un relachement de plusieurs cestodes chez un Discus (voir photos).

Discus hôte intermediaire :

Lorsque le discus sert d'hôte intermediaire à un cestode, deux cas :
  • soit la larve de ver s'enkyste dans un muscle en attendant que le poisson soit mangé par un prédateur : ce kyste est sans gravité pour le discus, sauf si l'infestation est massive
  • soit il s'installe dans le cerveau ou dans un autre organe sensible et il peut faire des dégats.
Il semblerait qu'il soit dangereux de traiter le poisson malade : les larves du ver enkystées si elle sont tuées, restent en place (elle sont prisonnieres des chairs dans lesquelles elle sont logées) et les produits de leur decomposition pourraient empoissonner le poisson.


Une possibilité pour apporter dans l'aquarium des oeufs qui deviendront des larves enkystées chez le discus est l'introduction de plantes dans l'aquarium.
On ignore (pas d'étude trouvée) si le discus peut servir de deuxieme (ou troisime ou Xeme ) hôte intermédiaire à des cestodes qui seraient introduits par un premier animal (cyclop, escargot ...) , comme dans le cas du cestode D latum où des poissons servent de deuxieme, puis de troisieme, hôte intermediaire.


Discus hôte intermediaire et hôte definitif :

On ne sait pas si, comme chez d'autres especes animales, une même espece de ver peut infester un discus comme hôte definitif et comme hôte intermediaire (ce qui permettrait qu'un discus porteur d'un ver adulte s'autoinfeste de larves ou infeste les autres discus de larves de ver qui s'enkysteront dans les organes).


En conclusion :
  • Le taux d'infestation de discus par les cestodes dans l'intestin est probablement faible compte tenu du faible nombre d'observations rapportées. Mais il n'est pas nul. Il conviendrair d'affiner l'étude de ce taux.
  • Il serait également interessant de determiner les animaux qui servent d'hôtes intermediaires aux cestodes qui peuvent s'installer comme adultes chez les discus.
  • Et de determiner si le discus peut être porteur d'une même espece de cestode comme hôte definitif et comme hôte intermediaire. Dans ce cas un discus porteur d'un ver adulte pourrait contaminer de larves, et cela de maniere très importante, tous ses congeneres présents dans le bac et lui même.










Photos (sauf indication contraire) : copyright © DHy
Texte : copyright © DHy








Nous contacter

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Administration